La Fédération des Sociétés Taurines de France 
tient son 98e Congrès National, 
samedi 18 et dimanche 19 octobre à Alès

 

Il est organisé par l’Union Taurine Alésienne.

Vivre et transmettre la culture taurine, thème de ce 98ème congrès, aura pour point d'orgue le colloque  du samedi, «Accompagnons nos enfants à la Corrida».

Ce Congrès marque un heureux anniversaire, celui d’un centenaire qui situe Alès dans une longue histoire de fidélité à la culture taurine. En effet, cette ville recevait, les 28 février et 1er mars 1914, le cinquième congrès national de ce qui s’appelait alors, Fédération des Société Taurines de France et d’Algérie. Elle avait été créée sous cette appellation en 1910 à Montpellier. Nous conservons du “Congrès Tauromachique de 1914 à Alais”, le document ci-dessous :

Son contenu nous apprend :

Que c’était le « Club taurin La Banderilla », association toujours vivante et active à Alès, qui offrait “mokas et apéritifs”.

Que la Fédération réclamait déjà la création de Commissions Taurines Extra-Municipales et d’un Règlement Taurin, ce qui ne se réalisa que le 13 février 1966 avec la création de l’UVTF.

Qu’elle adressait, félicitations et remerciements, préfiguration de notre actuel prix “El Tío Pepe”, à Léonce André “Plumeta”, novillero, écrivain et critique taurin, qui devait trouver une mort glorieuse sur le front de Champagne en 1915.

Qu’à l’époque, l’“Association de la Presse Taurine Française” tenait son Assemblée Générale, en coïncidence avec le Congrès de la F.S.T.F. ce qui impliquait une belle identité de vue et d’objectifs entre ces deux entités.

En 1914, la Fédération était présidée, à Alès, par l’arlésien Milhe.

En raison de la guerre, il n’y a pas eu de congrès en 1915, 1916, 1917 et 1918.

Le sixième congrès avait lieu à Arles en 1919 sous la présidence du nîmois Audry. 

En dépit de nouvelles interruptions, de 1940 à 1945, encore à cause de la guerre, et en 1966 en raison de la grave maladie de l’emblématique président Philippe Rodel qui devait mourir en 1967, la Fédération des Sociétés Taurines de France est toujours active et militante au service de ses immuables objectifs : maintien de l'éthique de la corrida, intégrité du toro de combat, défense des intérêts des aficionados.

D’autre part, ce congrès 2014 vient à point pour marquer la solidarité de l’afición française aux alésiens exposés, ces dernières années, aux attaques du sectarisme antitaurin.

Le débat du samedi 18octobre après-midi s’inscrira sans ambiguïté dans notre détermination à faire vivre et transmettre notre culture taurine. Voici quel en sera le cartel :

Samedi 18 octobre 2014, 
à 15 h 30, salle du Capitole, place de la mairie,
débat sur le thème :

En présence de M. Ferdinand JAOUL, Conseiller Régional délégué aux traditions taurines, représentant M. Damien ALARY, Président du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon, et de M. Alain GAIDO, Président de l’Union des Villes Taurines de France.

  • Robert Babeau, Psychiatre-psychanalyste, répondra à la question : “Le spectacle de la corrida traumatise-t-il les enfants ?”
  • Bernard Salignon, Professeur de philosophie à Montpellier III, nous fera part de sa “réflexion morale sur la mort donnée et risquée en public dans l’arène, y compris devant des enfants”.
  • Jacques Teissier, aumôner des arènes de Nîmes, donnera son propre point de vue  sur le même sujet.
  • Caroline Grellier, médiatrice culturelle du Museon Arlaten, nous décrira l’opération intitulée « Entrez dans l’arène », une initiative du Museon Arlaten organisée à l’intention de collégiens et de lycéens, avec le concours de la société taurine La Muleta d’Arles.
  • Emilio Dorleans, de l’Association des Aficionados Prácticos, présentera les actions en faveur des jeunes qu’organise son association dans les quartiers  de Nîmes.
  • Jo Gabourdès, président de la Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du Gard, dressera un bilan des divers ateliers pratiques organisés pour les enfants dans le cadre des derniers Printemps de jeunes aficionados à Saint-Gilles.
  • Alain Gaido, Président de l’UVTF expliquera ce que sont «École d'Afición» et «passeport universel» récentes créations de l’Observatoire National des Cultures Taurine en association avec l’Union des villes Taurines de France.
  • Roger Merlin, Président de la FSTF :   
  • Évoquera les initiatives conduites dans les rues de Bayonne par de jeunes aficionados pour initier des enfants à la culture Taurine.
  • Proposera des actions à entreprendre sur un plan général et dans chacun de nos clubs pour favoriser cette indispensable transmission aux jeunes générations

Nous entérinerons d’autre part un changement de président et l’arrivée d’hommes nouveaux parmi les instances qui dirigeront notre fédération pour les trois ans qui viennent.

Célébration d’un bel anniversaire, solidarité, volonté affirmée de perpétuer notre culture taurine, volonté de renouveau, seront les points forts qui devraient donner à ce 98e congrès une profonde résonance.

Voici l'affiche que l'Union Taurine Alésienne a créée à l'occasion de ce congrès :