VIC FEZENSAC - Dimanche 9 juin 2019 (matin)

Corrida concours pour Rafael RUBIO « RAFAELILLO » (bleu ciel et or),  Domingo LOPEZ CHAVES (bleu marine à parements blancs et or), et Alberto LAMELAS (bleu ciel et or), remplaçant Manuel ESCRIBANO, blessé.

1er, SALTILLO (5 ans 4 mois) : càrdeno armé correctement sans plus, se réserve dans la cape. Il provoque la chute sur la 1ère pique, basse et en arrière ; la 2ème, d’abord bien posée, est replacée de côté, et pour la 3ème, de nouveau trasera et de plus pompée, il doit être rapproché puis sort seul. Dans ces conditions, l’intérêt d’en mettre une 4ème n’est pas évident, d’autant plus qu’elle est manquée et que le picador se retrouve à la limite de la chute. Pour couronner l’édifice, le dénommé Juan José Esquivel, avec la complicité de Rafaelillo en met une 5ème après les clarines ; les huées à sa sortie compensent bien peu son acte de sabotage délibéré. Le toro, figé, attend les hommes aux banderilles, clouées à raison d’une puis deux puis une. Après un avertissement à droite, la faena se déroule sur le pico et main haute ; c’est un peu mieux à gauche, mais l’ensemble reste plus tape à l’oeil que sérieux. Conclusion à l’unisson avec pinchazo, poursuite, 1/5ème de lame, autre pinchazo et quasi-entière dans le cou. Silence écoeuré et quelques applaudissements à l’arrastre.

2ème, LA QUINTA (5 ans 7 mois) : imposant càrdeno un peu étroit d’armure. Quasiment enfermé dans les planches, Lopez Chaves doit « tirer » son adversaire vers le centre, lequel le poursuit après la demie. Deux grosses poussées aux deux premières piques entraînent un batacazo à chaque fois ; replacé à distance moyenne, le toro vient de suite et pousse de nouveau, mais plus modérément, et Placido Sandoval sort ovationné. 2ème tiers bien mené, avec poursuites et salut des deux peones. Averti à gauche dès la fin des doblones d’ouverture, le torero sert une faena propre, ajustée, templée, avec des séries courtes entrecoupées de temps de repos ; c’est moins fluide sur la gauche, l’homme se trouvant obligé de jouer des jambes. Entière légèrement en avant portée sincèrement, l’animal se relève à la vue du puntillero, avis, oreille de poids pour le torero et vuelta pour la dépouille de Matablanca.

3ème, PARTIDO DE RESINA (4 ans 4 mois) : beau càrdeno très armé, reçu par deux largas à genoux, d’abord distrait et coureur. Une pique propre avec poussée, une autre en venant du centre et en accélérant et une 3ème en sortant seul de suite puis revenant ; applaudissements pour Antonio Garcia. Poursuite des hommes aux banderilles. Devant ce toro noble et mobile, Lamelas cite de loin et se croise dans une faena correcte et honnête. La mise à mort, laborieuse, gâche malheureusement le travail précédent : pinchazo, entière a recibir, les deux bas, et trois descabellos. Avis, vuelta pour l’homme, applaudissements pour l’arrastre.

4ème, PAGES MAILHAN (4 ans) : colorado ojo de perdiz armé de deux poignards, qui fait une entrée spectaculaire, cogne au burladero et est reçu par larga à genoux. Et nous avons de nouveau droit (enfin, surtout le toro) à un tercio de piques saboté, à la charge d’Agustin Collado cette fois, avec trois piques pompées, la 1ère pique, en place, mais vrillée, la 2ème basse. 2ème tiers correct, avec poursuites. Après ce « chef d’œuvre », Rafaelillo ose brinder au public, lequel, amnésique sans doute, ne proteste que modérément. Une forme de justice immanente peut-être : la muleta est accrochée à chaque passe, et l’homme se fait avertir à deux reprises à droite puis poursuivre à gauche. Une vague torchonnade en guise de passes de châtiment et bajonazo d’école. Sifflets peu compréhensibles pour le toro et division pour l’homme, lequel a le front de montrer au président qu’il aurait fallu une 4ème pique ! Pourquoi se produire en corrida concours si c’est pour faire « bousiller » ses deux adversaires au 1er tiers ?

5ème, FLOR DE JARA (4 ans 5 mois) : negro armé correctement, reçu par véroniques et revolera. Une pique en arrière avec bonne poussée vers le centre, un refilon suivi d’une pique carioquée, une 3ème se montrant tardo mais accourant ensuite d’un franc galop ; autant dire que ce tercio ne restera pas dans les annales. Poursuites franches elles aussi au 2ème tiers, avec une seule paire correcte et deux poses à l’unité. L’animal arrive à la muleta en ayant dépensé beaucoup d’énergie précédemment, d’où une faena au ralenti, adaptée aux conditions du cornu, mais qui résulte un peu ennuyeuse. Entière tendue, quelques sifflets pour le matador qui, apparemment, ne bénéficie pas de la même indulgence que son chef de lidia, et applaudissements à l’arrastre.

6ème, LOS MAÑOS (4 ans 3 mois) : negro bragado playero ; la réception est soignée, avec véroniques, demie et revolera. Le trercio de piques, à la charge de David Prados, est plutôt discret : 1ère en arrière, 2ème en se rapprochant, 3ème en venant au pas. Les poursuites aux banderilles, correctes, sont, elles, irrégulières. Lamelas sert des doblones sérieux et soignés puis, face à un opposant noble et mobile, reste d’abord sur le voyage avant de se croiser en 2ème partie de faena. Deux demi lames basses (2ème portée a recibir) et bajonazo, lui aussi a recibir. On a connu, à commencer par ici même, des Los Maños plus intéressants que ce toro « de 3ème tiers ».Salut aux tiers.         

Présidence solide de Philippe Lalanne, assisté du Dr Vre Thierry Faget et de Pascal Darquié.

Cela fait quelques années qu'il ne nous avait pas été donné de voir une corrida concours d'aussi bon niveau, avec des toros très bien présentés et, pour la plupart, de comportement intéressant.