ÉTATS GÉNÉRAUX DES TAUROMACHIES

2020-2021

RESTITUTION

 


Nous poursuivons la restitution des questionnaires par celle du deuxième.

Comme pour les précédentes, l'étude de son contenu engage la suite des Etats Généraux des Tauromachies avec la tenue au mois de janvier 2021 des Ateliers Thématiques.

 

Restitution du Q2 :

Valeurs et Fondamentaux portés par les Tauromachies

 

Le questionnaire n°2 commun à toutes les tauromachies invitait à se prononcer sur les valeurs et les fondamentaux qu'impose l'utilisation d'un animal dans le cadre d'un spectacle.

La consultation s'est organisée à partir de trois grands thèmes : la relation de l'homme à l'animal qui caractérise les tauromachies, l'exigence de comportements éthiques dans les pratiques, les rapports avec l'autorité et le règlement.

Ce questionnaire a enregistré la deuxième audience avec 17% (rappel : 38% pour le Q1) donc une baisse quantitative importante. Quelques critiques ont été formulées quant à son accessibilité et à l'obligation mal comprise de cocher toutes les cases pour valider les réponses et, in fine, le document. À signaler cependant que l'expression libre dans les zones de texte a été très utilisée.

NB : Les réponses aux questions à choix multiples sont restituées sous forme de pourcentage de citations dans les questionnaires. Sont retenues les trois premières plus la quatrième si le pourcentage est identique ou proche de celui de la troisième.

Identification des répondants : 462

80% ont laissé leur adresse mail et leur nom. La moyenne d’âge s'est établie à 57 ans et 23% des réponses émanent de femmes. 70% sont des spectateurs, par ailleurs, 28 professionnels, 13 élus et 65 bénévoles ont aussi participé. 65% des répondants se déclarent membres d’une association taurine.

L'intérêt pour la corrida espagnole est cité dans 98% des questionnaires, elle est suivie par la course camarguaise 38%, les fêtes et jeux 36%, le rejoneo 28%, la course landaise 20% et le recorte 6% ce qui confirme que les acteurs des Courses Camarguaise et Landaise se sont avérés nettement moins concernés par cette consultation.

  1. Selon vous, affronter un animal puissant et dangereux 

Sur les six réponses proposées les trois les plus citées sont par ordre décroissant :

      a ) Crée de l’art et de l’émotion : cité dans 72% des questionnaires. 

     b) Participe au respect de l’autre (bétail, compagnons, adversaires, public, jury et présidence) pour 68% des réponses.

     c) Met en valeur le courage pour 60%.

Seuls 8% des réponses évoquent le caractère anachronique des Tauromachies au 21ème siècle.

 


Commentaire :

Les réponses majoritaires insistent sur ce qui caractérise le fait de se mesurer à un animal puissant et dangereux et les exigences qui en découlent : en l'occurrence, créer de l'art produit de l'émotion, nécessite du courage et impose le respect des autres.

Les contributions déposées dans la zone de texte libre précisent certains points :

  • Pratiquer les tauromachies est « l'illustration perpétuelle des rapports Homme/Nature mais cela ne se justifie qu'avec des taureaux dignes de ce nom ».

  • Pratiquer les tauromachies c'est aussi situer l'humain à sa juste place en créant des espaces d'émotion à la croisée de ce qui constitue le plus primitif de nous et, à l'opposé, de ce qui fait l'Homme, la raison, l'art....

  • En résumé, cet apprentissage d'exigences permet à l'humain d'exprimer volonté - courage - respect - don de soi - humilité.

 

  1. Citez les critères éthiques qui vous paraissent essentiels :

Parmi les réponses proposées au choix, le classement s'établit ainsi :

    a ) L’intégrité du bétail est citée dans près de 9 questionnaires sur 10.

   b ) Le respect du bétail dans une confrontation loyale est cité dans 85% des questionnaires.

   c ) Le respect du public en ne trichant pas, cité dans 7 questionnaires sur 10.

En dernier (2% seulement des questionnaires) : l’éthique n’est pas importante, ce qui compte c’est le spectacle.

 


Commentaire :

La priorité est donnée au bétail et à son intégrité. La seconde composante vise les exigences de vérité et de sincérité attendues des professionnels vis à vis du public, reléguant au dernier rang le choix du spectacle au détriment de l'éthique.

 

Les contributions déposées dans la zone de texte libre sont à considérer avec attention :

  • L'éthique est une dimension humaine importante en toutes circonstances. « Elle est un des piliers qui portent la tauromachie, le spectacle ne vient qu'après ».

  • Cette exigence commence par le respect du public en ne trichant pas.

  • « Il y a une différence essentielle entre abattre un animal et le tuer ».

  • A contrario, un avis considère que la mutilation de l'animal et la mise en danger d'humains ne peut relever d'un comportement éthique en 2020.

  • D'autres attentes sont exprimées, plus de transparence de la part du mundillo mais aussi, et essentiellement, plus d'informations pour une meilleure visibilité des tauromachies auprès « du tout public »

 

  1. Quelles évolutions souhaitez-vous pour les jurys et les présidences :

Se distinguent les trois propositions suivantes :

   a ) Un mode de désignation garantissant indépendance et impartialité est cité dans 65% des questionnaires.

   b ) Une plus grande rigueur dans l’attribution des récompenses, primes et trophées, citée dans 58% des questionnaires.

   c ) Une plus grande rigueur dans le respect des règlements, citée dans 57% des questionnaires.

À noter que seulement 2% des répondants ne souhaitent aucune évolution en la matière.

 


Commentaire :

Le statut quo est rejeté, la demande de plus d'éthique en matière de comportements et de pratiques est très largement exprimée.

Dans la zone de texte libre les contributions formulent quelques propositions intéressantes :

  • Une expression significative demande de sortir les présidences du dogmatisme et de la connaissance superficielle, elle exprime aussi un besoin majeur de formation et de recomposition des palcos tout en précisant qu'en la matière l'expérience aficionada est primordiale.

  • Plusieurs remarques distinguent la formation, qui est plébiscitée, de l'habilitation qui est jugée sujette à caution.

  • Un consensus se dégage qui réunit les partisans de changements pour appeler à plus d'indépendance des présidences.

  • Par ailleurs certaines appréciations méritent d'être signalées comme la référence à l'esprit et à la lettre du règlement : « il faut qu'ils aient les yeux, le cœur, l'esprit ouverts » ou encore, et sans qu'il n'y ait contradiction, la nécessité de plus d'autorité avec le souhait exprimé que la présidence soit « plutôt boussole que girouette ».

  1. L’orientation actuelle des élevages vous paraît-elle correspondre à l’intérêt du spectacle ?

La question est traitée en distinguant chaque tauromachie :

Corrida : non 55%, oui 38%, sans opinion 7%

Rejoneo : non 21%, oui 27%, sans opinion 52%

Pour les courses camarguaises, courses landaises et le recorte, une majorité de oui et beaucoup de sans opinion.


Commentaire :

Des critiques ont été exprimées à l'encontre de la production des taureaux « modernes » combattus en corrida et dans une moindre proportion en rejoneo. Pour les autres pratiques taurines, l'adéquation du bétail est estimée satisfaisante.

En zone de texte libre, les remarques sont nombreuses :

  • Pour la corrida, l'évolution de la sélection vers des taureaux de troisième tiers et la disparition des encastes minoritaires sont critiquées et jugées défavorablement. Le taureau moderne est qualifié de « collaborateur, de taureau prévisible, faible et sans émotion, exprimant trop souvent une noblesse molle et niaise ».

  • La confusion des fonctions (organisateur, éleveur, apoderado...) est critiquée ainsi que le choix du bétail par les professionnels.

  • La corrida n'est pas un spectacle mais un art.

  • L'idée d'un « bombo » du type madrilène inspire plusieurs réponses.

  • Pour le Rejoneo, la spécialisation des élevages est reprochée ainsi qu'un excès d'épointage et la dureté des farpas et rejones.

  • Pour la course libre, il est appelé à ne pas confondre « un biou sérieux avec un biou spectaculaire ».

  • Il est enfin rappelé que le fondement de la tauromachie c'est l'animal alors même que les éleveurs ne sont pas suffisamment reconnus.

 

  1. Les classements ou l’escalafon vous paraissent-ils refléter la vraie valeur des professionnels ?

La question traite distinctement chaque tauromachie :

Corrida : non 69%, oui 20%, sans opinion 11%

Rejoneo : non 24%, oui 20%, sans opinion 56%

Pour les Courses Camarguaises Landaises et le Recorte : le oui est majoritaire avec beaucoup de sans opinion de 68 à 90%.

 


Commentaire :

La différence des appréciations s'explique par une organisation en fédération sportive des Courses Camarguaise et Landaise ce qui induit une plus grande rigueur dans l'appréciation des prestations qui sont plus aisément mesurables.

En zone de texte libre, les commentaires se focalisent sur l'escalafon objet de nombreuses critiques et réserves :

  • De par son appréciation seulement quantitative l'escalafon ne trouve pas grâce auprès d'une très large majorité. Sans faire sienne l'appréciation de Disraeli : « la statistique est l'art consommé du mensonge » nombreux sont à estimer qu'on peut vivre son afición sans classement.

  • Toutefois quelques propositions s'aventurent à évoquer des calculs pondérés introduisant des critères supplémentaires tels que la catégorie des arènes ou encore les encastes combattus. L'escalafon de Juan Medina est également cité.

  • Pour la Course Camarguaise, le classement au mérite est plébiscité avec quelques propositions pour un classement au pourcentage de courses.

  1. Le règlement des différentes tauromachies doit-il évoluer ?

Cette question est également traitée par tauromachie :

Pour la Corrida, les résultats sont très partagés avec 48% pour le non et 40% pour le oui.

Pour le Rejoneo, résultat très partagé également avec 22% pour le non et 18% pour le oui mais avec une grande proportion de sans opinion (60%).

Pour les Courses Camarguaise Landaise et le Recorte se dégage une grande majorité de sans opinion (de 70 à 89%).

 


Commentaire :

La question se pose essentiellement pour la Corrida. Une remarque fréquente que l'on retrouve au Q5 rappelle qu'avant de modifier le règlement il faudrait veiller à l'appliquer et à le respecter.

La zone de texte libre exprime cependant une série de propositions très diverses dans leur nature :

  • Les remarques concernent essentiellement le premier tiers, l'absence de sanctions (avec quelques propositions : carton jaune, contraintes financières...).

  • Autres propositions : la nécessité de prévoir un niveau de préférence française dans la constitution des cartels et la nécessité d'abréger les souffrances du bétail en piste.

  • Sont aussi avancées quelques idées : la présence de l'éleveur au paseo, la création d'une convention collective pour les professionnels, l'inscription obligatoire au guichet social unique, une formation plus rigoureuse et plus longue des novilleros.

  • Pour 2021, une dérogation Covid est demandée qui devrait permettre la sortie en piste des taureaux de 6 ans.

  • En Course Landaise il est demandé que l'engagement de toreros en dehors des cuadrillas soit rendu possible.

 

  1. L’éthique du public

 

7-1) Le public vous paraît-il connaître suffisamment le règlement ?

Pour la Corrida : le non recueille 80% et seulement 5% de sans opinion, l'appréciation est définitive et sans appel.

Pour le Rejoneo, une majorité de sans opinion (52%) occulte les 39% de non et les 8% de oui.

En matière de Courses Camarguaise et Landaise et de Recorte, le résultat est non significatif avec une grande majorité de sans opinion, de 63 à 87% selon le type de tauromachie.

 


Commentaire :

Il y a une constance dans les différences exprimées selon chaque tauromachie que l'on peut expliquer ici par la complexité à bien évaluer la Corrida.

Plusieurs suggestions sont avancées en zone de texte libre :

  • La nécessaire éducation du public est plébiscitée en distinguant le grand public et les aficionados d'une part, la découverte de la corrida et le règlement stricto sensu d'autre part. Sont interpellés à ce sujet les organisateurs, les clubs taurins, les mairies et les médias, chacun ayant un rôle à tenir.

  • Expliquer certaines décisions en direct est attendu de la part du président, d'un speaker ou sur écran géant. D'autres supports de formation sont cités : tutoriels, dépliants, audio-guides, réseaux sociaux et revient l'idée d'une APPLI TORO. Ou encore séminaires, visites du campo...

  • Un bémol est exprimé: « la Corrida n'est pas affaire de règlement mais d'émotions ». Il est aussi fait appel à la sagesse en référence à Dante : il faut laisser en dehors de cela « ses espérances prétentieuses ».

7-2) Le public vous paraît-il respecter suffisamment jurys et présidences ?

Les tendances sont les mêmes avec des résultats moins marqués :

Pour les Corridas, le résultat est nuancé avec 50% d'avis négatifs et 38% de positifs.

En matière de Rejoneo, la majorité est de 55% sans opinion, le reste se partage entre 25% de non et 20% de oui.

En matière de Courses Camarguaise et Landaise et de Recorte, le résultat est non significatif avec une grande majorité de sans opinion, de 64 à 83%.


Commentaire :

Les réponses à cette question sont conformes à l'appréciation précédente.

A retenir en zone de texte libre :

  • Le rôle « actif » du public est fortement revendiqué avec le nécessaire « respect » réciproque du public et des présidences.

  • Deux insuffisances sont pointées : le manque de connaissances des publics et l'exigence de plus de cohérence, de rigueur, d'indépendance de la part des présidences pour qu'elles acquièrent une plus grande respectabilité.

  • Enfin sont demandées aux présidences des explications objectives de certaines de leurs décisions ainsi que leur participation aux tertulias.

 

7-3) Le public vous paraît-il respecter comme il se doit les professionnels en piste ?

Comme évoqué pour les deux questions précédentes seuls les résultats de la Corrida et du Rejoneo sont interprétables en considérant les suffrages réellement exprimés :

Pour la Corrida 62% de réponses oui et 32% de réponses non. Sans opinion : 6%.

Pour le Rejoneo les sans opinion pèsent 52%, les oui 38% et les non 10%.

Pour les Courses Camarguaise Landaise et le recorte : majorité de sans opinion, (de 64 à 83%), le reste livre une majorité de oui, de 16 à 29%.

 


Commentaire :

Les réponses apportées méritent d'être éclairées utilement par l'analyse des contributions dans les zones de texte libre.

A retenir en zone de texte libre :

  • Pour expliquer le non respect des professionnels par le public deux types de raisons sont avancées : la méconnaissance par le public de « la psychologie du torero » et le fait que la tauromachie soit « l'art de l'instant » donc difficile à appréhender, de plus elle est affaire d'émotions et peut déchaîner les passions... d'où encore une fois la nécessité d'une « éducation taurine » et plus précisément d'une « éducation à l'esprit taurin ».

  • Mais la réciprocité est demandée aux professionnels afin d'éradiquer les comportements fautifs ou parfois les comportements du type « minimum syndical ».

  • En Course Camarguaise les conflits entre acteurs sont jugés trop fréquents, le communautarisme et le racisme sont dénoncés.

  • Au final, « le poids du silence » est mentionné pour rappeler qu'il peut être plus significatif que les vociférations et injures qui sont jugées critiquables.

  • Il reste selon une réponse que « le respect est une attitude qui ne s'apprend pas ».

Au terme de ce questionnaire, si vous avez des remarques et/ou des propositions à formuler :

Les observations à relever et non citées préalablement sont les suivantes :

  • L’évolution nécessaire de l'UVTF.

  • L'appel à l'unité des tauromachies et des acteurs face aux obstacles.

  • Une meilleure communication et une meilleure promotion des tauromachies.

  • Ce deuxième questionnaire est aussi jugé trop manichéen parce que binaire ce qui limite l'expression.