LIBERTAD LIBERTAD LIBERTAD 

 

La communication organisée autour de l'interdiction d'accès aux arènes pour les mineurs de moins de 16 ans a eu son plein effet.

 

Toute personne peu au fait des tauromachies et peu encline à investiguer le sujet ne peut qu’acquiescer à une présentation habilement habillée par le souci de protéger les enfants de pratiques violentes. De plus la proposition de loi d'initiative parlementaire est portée par deux jeunes parlementaires bien sur elles et parentes potentielles ou assumées.

Et les médias de relayer comme d'habitude avec la légèreté accompagnant les évidences. Aucun d'entre eux n'a relevé que le colloque organisé à l'Assemblée Nationale sur le thème de la protection de l'enfance face aux violences ne réunit pour évoquer le chapitre réservé à la corrida que des opposants revendiqués oeuvrant pour sa suppression à l'exclusion de la partie favorable à cette pratique ; bravo pour cette belle leçon de « non démocratie ».

 

Du côté des taurins le vent du boulet a réveillé les vieux ressentiments enfouis et entraîné une nuée de réactions spontanées. Les communiqués se multiplient, des manifestations ou regroupements s'organisent, plusieurs pétitions sont en ligne, la sollicitation des élus s'engage pour sonder leurs sentiments et leurs intentions, ces actions trouvant enfin écho dans la presse quotidienne régionale.

 

Pour sa part la FSTF a décidé d'intervenir à deux niveaux :

- au niveau national en saisissant ceux qui par leur mandat ont la charge d'organiser le travail parlementaire : Richard Ferrand, président de l'Assemblée Nationale, Gilles Le Gendre, président du groupe LREM, Stanilas Guerini délégué général du mouvement LREM et Patrick Mignolas président du groupe du mouvement démocrate et apparentés.

- au plan local, en invitant les clubs fédérés à s'adresser aux élus parlementaires et aux candidats aux futures échéances municipales.

L'argumentaire tourne autour de deux atteintes graves aux libertés découlant de la proposition de loi :

    • la mise en cause de la responsabilité éducative des parents,

    • l'atteinte à la communauté culturelle minoritaire qui réunit les aficionados a los toros.

       

De telles attaques discriminent un groupe de citoyens maintenant une pratique enracinée dans les régions de tradition alors que cette activité a été validée au plus haut niveau par le Conseil Constitutionnel.

Le réveil du monde taurin est une bonne chose et l'abondance d'actions en contre-attaque ne peut nuire à la défense de ses intérêts. Mais ne nous trompons pas de cible, ce sont bien les décideurs donc les élus qu'il faut interpeller.