Nous avons adressé, le 21 mars dernier, une lettre (voir ici) à M. François Asselineau, comme à chacun des candidats à la prochaine élection présidentielle,

Ci-dessous, la réponse, non pas de M. Asselineau lui-même, mais de son Bureau de campagne, sous la signature de Jean-Baptiste Baron (Service Courrier de Campagne).

Nous ne manquerons pas de faire connaître ici les autres réponses qui nous parviendraient ou, s’il y a lieu, de faire savoir avant le premier tour de l’élection quels candidats ne nous auraient pas répondu.

 

 

  • CHF mer, 04/05/2017 - 10:05

    Honnêtement, je ne sais pas si demander leur avis à des candidats à la présidence de la République est un bon choix, mais c'est un choix....

    Je crois que c'est Hubert Yonnet qui expliquait que mettre la corrida dans les mains des politiques c'était prendre le risque de se trouver confronter à la loi de la masse...celle qui vote, car soyons clairs, il y a plus de gens qui seraient contre que pour, et sans doute la majorité qui s'en fout. Aujourd'hui ou l'animalisme ambiant envahit toutes les sphères, ou l'enthropomorphisme fait fureur, il y a même aujourd'hui une chaine “pour chien“ sic....demander leur avis sur un tel sujet à des politiques me parait peu engageant...car en période de vote ça sera ni oui, ni non, comme l'indique le courrier du jour...

    Même si l'intention parait être de ne pas toucher à la corrida dans leur réponse, ça n'est pas de leur fait législatif (ni pour, ni contre et hop) ...j'ai entendu Fillon l'autre jour sur BFM face à Bourdin, répondre, lui, clairement qu'il ne toucherait pas à la corrida “qui est au patrimoine culturel de la France dans les régions sans interruptions“. Mais je sais pour l'avoir déjà vu dans des arènes qu'il “va aux corridas“ comme me le disait mamie. Je me souviens de Montebourg interpellé avec véhémence par une de ces harpies que nous rencontrons devant nos arènes, et qui répondit à la question, “abolirez-vous la corrida?“ Madame, il y a tant à faire avec les humains que nous commencerons par là...

     Le Pen navigue à vue dans ce sujet, et Mélenchon tout nouveau plein de “ VERT“ qu'il est devenu à glissé la petite phrase dans le débat à onze d'hier, que le monde n'évoluera pas sans respect de la nature et des animaux....alors la corrida la dedans....la question aura eu le mérite d'être posée...et l'envie de la voir protégée par une loi est grande...on a bien vu de ce qu'il advint l'année passée. Le poids économique jouera de toute façon dans les régions taurines, et les “bobos“ parisiens infléchissent leurs lignes, même l'animateur Nagui revendiqué comme ami de la direction du PETA a mis de l'eau dans la virulence de son vin.

    Alors, je pense qu'il ne faut pas attendre grand-chose des politiques car comme le disait Coluche en son temps:“ les promesses des politiques n'engagent que ceux qui les écoutent

    CHF

  • Charles Crépin mer, 04/05/2017 - 12:09

    Un référendum d'initiative populaire, ça fait froid dans le dos. La question doit rester à l'initiative des aficionados, sinon, danger !