Q1 : Résultats bruts des réponses

Pour les questions à choix multiples, les réponses sont classées par ordre décroissant du pourcentage de citations.

Les commentaires faits en zones de textes libres ne sont pas inclus. Pour consulter leurs résumés se reporter au document « Restitution » du questionnaire.

 

 

Identification des répondants : 933 (dont 47 au titre de clubs taurins)

Moyenne d’âge 58 ans et 7 mois

26% de femmes

76% d’amateurs/spectateurs, 14% de bénévoles, 44 (5%) professionnels et 12 élus.

96% d’amateurs de corridas, 42% de course camarguaise, 30% de fêtes taurines de rue et de jeux taurins, 28% de rejon, 20% de course landaise, 13% de recorte.

 

 

 

Le contexte commun à toutes nos tauromachies

 

  1. Cochez la ou les propositions qui constituent, pour vous, les menaces extérieures les plus néfastes à nos tauromachies : 

 

-L’évolution de la relation de l’homme à l’animal, véganisme, antispécisme (cité dans 80% des questionnaires)

-L’activisme des groupes de pression (63%)

-La frilosité du monde politique (50%)

-L’hostilité ou l’indifférence des médias (44%)

-La difficulté à occuper positivement l’espace médiatique (11%)

-L’occultation de la mort (10%)

 

  1. Cochez la ou les propositions qui constituent, pour vous, les menaces internes les plus dévastatrices :

 

-Les pratiques du mundillo (cité dans 52% des questionnaires)

-Le prix du billet d’entrée (47%)

-La baisse d’intérêt du bétail présenté (46%)

-L’hégémonie néfaste des figuras établies (46%)

-Le retrait des annonceurs et assureurs (36%)

-L’économie fragile des spectacles (32%)

-Les difficultés pour transmettre (28%)

-Le statut juridique et réglementaire précaire (16%)

 

  1. Cochez la ou les propositions qui vous paraissent les plus favorables à la cause taurine :

 

-Le droit préservant les minorités culturelles (cité dans 65% des questionnaires)

-La préservation d’espaces naturels protégés et l’élevage extensif (62%)

-La défense d’espèce bovines spécifiques (50%)

-Le fondement juridique et la jurisprudence (49%)

-L’esprit de fête et de convivialité (48%)

-Le statut de fédération sportive des tauromachies landaise et camarguaise (33%)

-Le régionalisme (32%).

 

 

Territoires communs et spécificités des différentes tauromachies

 

  1. Cochez la ou les propositions qui, selon vous, les différencient le plus :

 

-La mise à mort (cité dans 70% des questionnaires)

-Des cultures et rituels différents (48%)

-Le coût du billet d’entrée (39%)

-Le réemploi du bétail dans les camarguaises et landaises (35%)

-Les ancrages locaux (35%)

-Le public (29%)

-La multiplicité des écoles taurines (14%)

-L’attribution des primes aux meilleurs protagonistes et le commentaire donné en temps réel (12%)

 

  1. Cochez la ou les considérations qui, selon vous, les rapprochent le mieux :

 

-Les similitudes des cultures taurines fondées sur la sélection et le respect du bétail (cité dans 82% des questionnaires)

-L’union pour s’opposer aux interdictions et abolitions réclamées par les animalistes (58%)

-Le public et le côté populaire de ces cultures (55%)

-Les lieux des pratiques (arènes, rue…) (47%)

-Les pratiques d’élevage extensif (34%)

-Le plaisir du risque (33%)

-L’affrontement des taureaux et vaches (31%)

-Le prestige conféré par la pratique des différentes tauromachies (30%)

-Une stratégie identique, vision des terrains, positionnement (sitio) et esquive (28%)

 

  1. Pour vous, créer des actions communes à toutes les tauromachies est (un seul choix possible) :

 

Indispensable (46% de réponses)

Nécessaire (27%)

Possible (18%)

Illusoire (5%)

Contre-productif (2%)

Inutile (1%)

 

 

Si vous avez coché « Illusoire » ou « Inutile » ou « Contre-productif », ignorez la liste 7 qui suit.

 

  1. Cochez le ou les domaines que vous jugez les plus propices à des actions menées en commun :

 

-L’affirmation de l’amour porté aux taureaux et aux vaches (cité dans 60% des questionnaires)

-La formation des jeunes (51%)

-La défense et la veille juridique (44%)

-La communication, la promotion par l’image (35%)

-La recherche d’un nouveau public (35%)

-Le lobbying (22%)

-L’organisation de spectacles communs (19%)