Samedi 8 juin 11h Novillada « EL RETAMAR »

Pour “El Galo” et Dorian CANTON

Bonne ½ entrée; temps agréable.

Très belle présentation de ces 4 novillos (3ans ¾ la plupart). Tous colorados et castanos. Deux piques ont été supportées par ces « Retamar ». André Lagravère a bien posé les banderilles. Pour le reste après un travail quelque peu marginal, il entendit des applaudissements. Le novillo avait été dédié à Vanegas gravement blessé lors d’une tienta. Rappelons que ce fut le seul matador ayant reçu l’alternative à Vic l’année dernière. Un hommage très émouvant lui a été rendu. « EL GALO » a été débordé par son second adversaire qui ne correspondait pas à ses capacités actuelles.

CANTON en revanche montra beaucoup plus de maturité notamment à la cape. Son premier prit trois piques avec bravoure. Après une faena des deux côtés, il tua d’une entière et d’un descabello et obtint une oreille. A son second adversaire, sa technique et son calme lui permirent de couper un trophée mérité. Sa sortie en triomphe mit fin à cette matinée fort agréable.

Samedi 18h corrida “CEBADA GAGO”

Octavio CHACON, Ruben PINAR, Thomas DUFAU

Après un nouvel hommage au matador VANEGAS dans les gradins, blessé lors d’une tienta, la course commence dans une atmosphère de recueillement et de dignité.

Le lot de CEBADA est égal à sa réputation : armé, avec du trapio, d’une bravoure variable (17 piques pas toujours prises en poussant !)

CHACON est un chef de lidia exemplaire (ce qui n’est pas le cas de tous !). Il est présent lors de l’arrivée des piqueros, lors des quites éventuels, exemplaire comme l’était Espla ou Fundi. Lors de ses faenas il n’en rajoute pas, il travaille sans fard ni arrogance, il sait d’où il vient et où il va, respecte le public et le toro. Son adversaire supporta 3 piques. Le travail de muleta met en valeur les deux cornes du toro, mais celui-ci manqua de noblesse et ne « répétait » pas. Octavio se contenta d’un salut au tiers.

Il n’eut pas beaucoup de chance au sorteo. Son 2ème, après 4 piques mal effectuées (d’ailleurs notons qu’en général les piqueros ne font pas leur travail, il faudrait peut-être prendre des sanctions financières efficientes !), le maestro ne peut exprimer toute son envie et ses réelles capacités. I l écouta un avis et salua au tiers.

Ruben PINAR est venu, il ne laissera pas un souvenir impérissable ! Manifestement il n’avait pas très envie de s’investir devant cet élevage de respect. Dommage, certains aimeraient être à sa place et n’ont pas de contrat !

Thomas DUFAU n’est pas venu pour rien. Certes le sorteo lui fut plus favorable mais il montra beaucoup d’envie et ses progrès à la muleta sont évidents. Il utilisa les deux côtés et surtout tua bien, ce qui lui permit de couper une oreille à chaque Cebada. Sortie dans la joie et le soulagement !

Dimanche 9 juin CORRIDA CONCOURS

Au cartel: RAFAELILLO Domingo LOPEZ CHAVES Alberto LAMELAS

Belle présentation pour une vraie corrida concours : cornes, trapio, mobilité.

Alberto Lamelas remplaçait Manuel Escribano blessé. Comment ne pas intégrer Alberto dans un cartel de Vic alors qu’il a toujours été à la hauteur et que ses progrès sont considérables ?

- 1er toro  SALTILLO : RAFAELILLO, 4 piques et chute du picador car le toro est brave. Manifestement le chef de lidia n’a pas été à la hauteur de la tâche, il ne maîtrisa rien et écouta le silence.

- 4ème toro PAGES MAILHAN, il était son second toro qui prit 3 piques, renversa le cheval. Sa faena fut succincte et le silence à nouveau clôtura son apparition.

- 2ème toro Domingo LOPEZ CHAVES hérita de l’élevage QUINTA: 3 piques, brave qui pousse fort, renverse la monture. Faena sérieuse. Une entière. Oreille et vuelta au toro (qui d’après-vous aura le prix ?)

- 5ème pour LOPEZ CHAVEZ : FLOR DE JARA, 3 piques, peu de « poder », silence.

- 3ème pour Alberto LAMELAS : PARTIDO DE RESINA, applaudi à l’entrée, 3 piques. La faena fut sérieuse, ses progrès sont considérables. Vuelta. Il est très apprécié ici car il fait preuve de courage et de sincérité.

- 6èmeLOS MANOS : 3 piques. Alberto essaya avec son style nouveau et beaucoup plus classique qu’auparavant. Salut.

Cette corrida Concours est à maintenir, surtout lorsque les éleveurs envoient des toros de qualité bien dans le morphotype de l’élevage.

Dimanche après-midi 18h DOLORES AGUIRRE

« Voyage au bout de la nuit puis apparaît l’éclaircie »

GOMEZ DEL PILAR, JAVIER JIMENEZ, MIGUEL ANGEL PACHECO étaient invités au festin!

1erGomez del Pilar fit ce qu’il put mais son adversaire ne lui permit pas d’exprimer son talent. Même la « puerta gayola » d’entrée fut ratée. 1 pinchazo, une entière. Silence.

Pour le 4ème toro son combat ressembla fort à son premier. Il essaya mais le comportement difficile du Dolorès Aguirre a vu s’annoncer le début de l’ennui.

2èmeJavier Jimenez, il essaya des 2 côtés, fut bon à la cape mais son adversaire ne lui permit, après un pinchazo et 2 entières que de saluer au tiers.

5ème toro et 2ème de Jimenez. Le toro sema la panique dans le ruedo. Courage des banderilleros. Après un pinchazo et 2 entières : silence.

3èmeMiguel Angel Pacheco, on devinait qu’il débordait d’envie. Son toro prit 3 piques.

Gabin Rehabi peut très bien piquer ou passer à côté ! c’est le 2ème cas que nous avons vu ce jour. Une entière dans l’épaule et un descabello furent suivis du silence.

Le miracle advint au 6ème toro ; certains spectateurs étaient partis, d’autres dormaient ! Miguel Angel s’arrima, se joua la vie, vola entre les cornes, se releva, montrant un courage hors du commun ! Chaque passe était une gageure ; il ne rompit pas et tua d’une épée d’anthologie. Une oreille fêtée comme il se doit!

Tant qu’il existera de tels êtres la corrida survivra.

 

Lundi 10 juin 17h PEDRAZA DE YELTES Aldenueva (El Pilar)- Rabono

DANIEL LUQUE JUAN DEL ALAMO MIGUEL ANGEL PACHECO

Les 6 toros sont magnifiquement présentés : colorados, très bien armés, trapio. Ils supportèrent une vingtaine de piques, prises avec bravoure et alegria. Le 3ème fut exceptionnel !

Daniel LUQUE. Professionnel, torée souvent le public, se croise peu mais a coupé une oreille à chaque adversaire (la première n’était pas demandée majoritairement !). Il n’a pas toujours tenu son rôle de chef de lidia notamment lors de la chute d’un piquero qui amena le monosabio à avoir un comportement héroïque (cheval en grand danger : bravo !)

Juan del ALAMO. Il connut un après-midi difficile, essaya mais ne put qu’écouter quelques applaudissements discrets à son premier, après une entière et deux avis.

Au 5ème sa faena fut plus structurée mais après un pinchazo et une demi-épée le toro est vivant : 3ème avis (puntillé en piste).

PACHECO a profité du succés de la veille pour être en remplacement. Il fut toujours aussi consciencieux à son premier exceptionnel qui méritait une vuelta ! (magnifique pique de Gabin Rehabi). Salut. Il connut plus de difficultés à son 2ème. 2 avis. Silence.

En conclusion.

Très bon cru 2019 notamment la « concours » et les YELTES. Les piqueros sont toujours responsables de la non mise en valeur de certains toros et souvent incompétents. Certes le métier de piquero n’est pas facile mais pourquoi certains sont capables du meilleur comme du pire ? Il faut du courage mais « le courage c’est de faire ce qui est juste ».