Libres propos...

13 décembre 2011

Attention ! Ces libres propos que nous avons inaugurés le 30 octobre 2008, n'engagent pas la Fédération mais seulement leurs signataires qui sont, bien entendu, des aficionados fédérés mais qui prennent l'entière responsabilité de ce qu'ils écrivent. Toutefois, le Comité de Rédaction de ce site refuse de publier des propos qui seraient injurieux ou attentatoires aux libertés publiques ou individuelles ou aux bonnes mœurs.

Après Quito

Les justifications contestables de Sébastien Castella

par Jean-Jacques Dhomps

Voici que notre Secrétaire Général m'a mis sur la voie de cette interview de Sébastien Castella publié dans le quotidien équatorien "Hoy" du 6 décembre dernier. J'en ai réalisé une copie, ci-dessous, afin que ce document ne se perde pas. Cette interview a déjà fait beaucoup de bruit. Je sais, par LO TAURE ROGE BÉZIERS, qu'il a été évoqué lors de l'Assemblée Générale de l'UVTF, dimanche à Vic-Fezensac. Il y a été sérieusement envisagé de blâmer Sébastien Castella parce qu'il émet des opinions inadmissibles de la part d'un matador de toros. La vibrante plaidoirie en défense du représentant de la mairie de Béziers à conduit l'assemblée à se contenter d'adresser une lettre au torero pour lui demander de rectifier ses déclarations.

Faites-vous une opinion en lisant, de préférence en espagnol, l'interview dans son entier. Pour ce qui ne connaissent absolument pas la langue de Cervantès, j'en ai réalisé une traduction qui s'attache plus à respecter l'esprit du texte qu'un mot à mot qui risquait de rester peu compréhensible. Voir ici.

En bas de page je donnerai mon opinion.

'No me gusta ver a los animales sufriendo'

Publicado el 06/Diciembre/2011 | 00:4

Entrevista Sebastián Castella, matador de toros, número 8 del escalafón mundial. A pesar de su aparente timidez y seriedad, de su ocupada agenda y todas las chicas que le persiguen, el número uno de los matadores galos, y uno de los mejores del escalafón, Sebastián Castella, saca unos minutos de su tiempo en Quito para conversar con HOY de su gran pasión, el arte del toreo. ¿Como crees que es la afición ecuatoriana? Te voy a decir que no hay una afición que sea igual. Cada afición, cada país, tiene su personalidad y su modo de ver, de entender y de expresar. Obviamente, aquí, en América Latina y en Quito, tiene esa sangre caliente, ese amor y esa sensibilidad, porque lo han demostrado y lo demuestran, y yo lo he vivido en mis propias carnes. Para mí, no es por dar coba, pero es una de las aficiones mas bonitas que hay. ¿Cómo ves a la Feria de Quito dentro de cinco años? La veo como que volverá la fiesta taurina como siempre ha sido, porque creo que eso es un huracán que está pasando, y como los toreros tenemos que tener paciencia, los aficionados tienen también que tener paciencia. Lo importante es que esta feria se esté dando, que la afición haya ido a la plaza, porque por mucho debate y mucho decir que no se mata a los toros, hay que apoyar. Uno apoya yendo y siempre a favor de lo que es el toreo. Hay gente que considera una cesión a una decisión política que grandes figuras hayan venido a la feria. Creo que, antes de dejar morir un arte, hay que apoyarlo. En Portugal, no se mata, no se pica, no se banderilla, y van los toreros. Y aquí, que tiene más cultura, que tiene más vida, que se pican los toros... Es insignificante decir y largar cosas que no tienen sentido. Para mí forma de ver las cosas, después de debatir tanto, hay que apoyar. (La muerte del toro) es algo que volverá. ¿Tienen fecha de caducidad los toros en el panorama actual? En Barcelona se acabó... No, jamás. Sabemos que es político, así que habrá cambios, y ya ha habido cambios. Hay que siempre querer creer en las cosas buenas. Por supuesto que estamos en un momento difícil, pero si uno empieza a rebajarse y a decir que estamos perdidos, no es la buena manera de afrontarlo. ¿Qué le dirías a un antitaurino? Nada, porque es perder tiempo. Él tiene una visión que respeto, pero para nosotros, es nuestra vida, nuestro amor. Para él, es solo un debate; para nosotros, nuestra pasión. ¿Y qué argumentos darías para que se restablezca el tercio de muerte? Te voy a contar una historia. Antes de querer ser torero, tenia afición a los toros. Mi padre me llevaba a las corridas, a la feria de Béziers (sur de Francia), y me fascinaba el arte del toreo, pero me daba una pena tremenda del animal. A mí, no me gusta la caza, no me gusta la pesca, no me gusta ver animales sufriendo. No me gusta un caballo o un perro dejado así porque ya no sirve, y que se va a morir. A mí, me da una pena tremenda, porque yo hasta lloro. Cuando me metí en el toreo, fui entendiendo que la parte de la muerte del toro es necesaria porque el toro es un animal que tiene una bravura y una inteligencia que no tiene ningún otro animal. El toro bravo es el animal que tiene la inteligencia más elevada dentro de los animales. El argumento te lo da el toro mismo. El toro se va para adentro pero lo matan con un balazo, y nadie lo ve. Esa no es la muerte que quiere ese animal. No estamos dentro de él, pero llevan cientos de años criándolo y ya lo conocemos, que tiene esa fuerza, esa aletilla y esa verdad. Porque el único que, en el mundo del toreo, tiene la verdad es el toro. Los demás solo estamos ahí acompañando. ¿Qué fue lo primero que pensaste con la prohibición? Dentro de lo malo, le di gracias a Dios de que no quitaran el toreo entero. Hay que ser inteligentes. Ellos no han sido inteligentes. Quieren hacer una cosa pero les ha faltado inteligencia, y no voy a decir más porque con eso, ya lo digo todo. Y eso nos beneficia a nosotros. Cuando te toca entrar a matar y no puedes, ¿cómo te sientes? Yo voy a la plaza a torear, no a matar a un toro. Pero te llaman matador... Sí, obviamente, porque en los principios, solo se pegaban dos muletazos y se mataba. Ha evolucionado y los toreros no vamos a matar, sino a torear. La gente no quiere ver cómo matan a un toro, sino que quiere ver arte. Y hace parte dentro de ese arte la parte final, que es matar al toro. ¿Te cansas de la rutina del torero? ¿Y de que todas se quieran hacer fotos contigo? No me canso, y eso no es todos los días (risas). Hay toreros que llegan a la plaza y que son más accesibles. Mi seriedad se confunde. Dicen que soy antipático, pero están equivocados. Para conocer a una persona, hay que tratarla. Pero veo que me voy a jugar la vida, y lo tengo en mi mente y en mi corazón. Voy a la plaza y no tengo ganas de saludar, porque tengo miedo. ¿Has pensado en dejarlo? No voy a dejar mi vida. Tú no dejarías tu pasión... ¿no?, por muy peligrosa que sea. ¿Cuál es tu plaza favorita? Me lo quedo para mí (risas). Vamos... Mi plaza, me mojaré, y diré Las Ventas (de Madrid). Hay tantas, pero Las Ventas es mi plaza. ¿Y Quito? Es muy especial, por el cariño que me han dado y porque es América Latina. Yo amo Francia porque es mi tierra y no voy a renegar. Pero al igual que amo mi tierra y mi familia, quiero también a mis amigos y a mis plazas. (RMD) Libertad con dignidad e integridad

Hora GMT: 06/Diciembre/2011 - 05:43

--------------------------

Traduit de :

'Je n’aime pas voir souffrir les animaux'

Publié le 06/décembre/2011 | 00:4

Entrevue Sebastien Castella, matador de toros, numéro 8 de l’échelle mondiale.

Description : C:\Users\Jean-Jacques\Documents\Site Fédération 2007\www\infos2011\logo_hoy_quito.jpgMalgré son apparente timidité et son sérieux,  son agenda si bien rempli et  toutes les filles qui le poursuivent, le numéro un des matadors français, l'un des meilleurs de l’escalafon,  Sebastien Castella, a bien voulu disposer de quelques minutes de son séjour à Quito pour s’entretenir avec «Hoy » de sa grande passion, l'art du toreo. Comment perçois-tu l’aficion équatorienne? Je te réponds que les aficions ne se comparent pas. Chacune, comme chaque pays, possède sa personnalité et sa façon de voir, de comprendre et de transmettre. Evidemment, ici, en Amérique Latine, à Quito, se montre et se démontre cette chaleur,  cet amour,  cette sensibilité que j’ai vécues dans ma propre chair. Pour moi, sans plaisanter, c’est une aficion des plus aimables qui soit . Comment vois-tu la Feria de Quito dans cinq ans? Je la vois revenir à ce qu’elle a toujours été parce que je la crois soumise à un ouragan passager. A l’exemple des toreros, les aficionados doivent prendre patience. Il est important que cette fête ait eu lieu et que le public aficionado se soit rendu  aux arènes, parce qu’en dépit des nombreux débats et palabres sur le fait que les taureaux n’étaient pas tués, il fallait s’arquebouter. Prendre appui sur ce qu’a toujours été le toreo. Il en est pour considérer que de grandes figures ont cédé à une décision politique en venant participer à cette feria. Je crois que plutôt de laisser mourir un art il faut le soutenir. Au Portugal, il ne se tue pas, ne se pique pas, ne se banderille pas et les toreros sont présents. Ici, il existe la culture des taureaux piqués et tués... Inutile de tenir des propos qui n’ont pas de sens... Ma façon de voir, après tous ces débats, est qu’il faut persévérer. La mort du taureau reviendra. Les corridas ne sont-elles pas appelées à disparaître dans le panorama actuel ? A Barcelone c’est déjà fait. Non, jamais. Nous savons que c’est politique, il y aura des changements, il y en déjà eu. Nous devons rester optimistes. Bien entendu que nous traversons un moment difficile, mais commencer à capituler et à dire que nous sommes perdus n’est pas le bons moyen d’affronter ces difficultés. Que dirais-tu à un antitaurin ? Rien, parce que c’est perdre son temps. Il a une façon de voir que je respecte, mais pour nous c’est notre vie, notre amour. Pour lui ce n’est qu’un débat, pour nous c’est notre passion.

Et quels arguments donnerais-tu en faveur du rétablissement du « tercio de muerte » ? Je vais te raconter une histoire. Avant de souhaiter devenir torero, j’étais déjà aficionado. Mon père m’amenait voir les corridas de la feria de Béziers (au sud de la France), l’art du toreo me fascinait  mais j’éprouvais une peine terrible pour l’animal. Je n’aime ni la chasse, ni la pêche, ni voir les animaux souffrir. Je n’aime pas voir un  cheval ou un chien abandonné parce qu’il ne sert plus à rien et qu’il va mourir. J’en éprouve une peine intense, jusqu’à pleurer. Quand je me mis à toréer il fut entendu que la partie mort du toro était nécessaire parce que l’animal possède une bravoure et une intelligence dont tout autre animal est dépourvu. Le taureau de combat est le plus intelligent de tous les animaux. L’argument, il te le donne lui-même. Ici, le taureau retourne  aux corrals mais il y est tué avec un pistolet d’abattage et personne ne voit ça. Ce n’est pas cette mort que veut cet animal. Nous ne sommes pas à sa place mais il y des centaines d’années que nous l’élevons et nous le connaissons bien. Il détient  force, ardeur et vérité. Parce que celui-là seul qui dans le monde du toreo, détient la vérité c'est le taureau.  Les autres, nous sommes là pour seulement l’accompagner.

Que pensas-tu, sur le coup, de cette interdiction ? En dépit de sa nocivité j’ai rendu grâce à Dieu que le combat avec le taureau n’ait pas été complètement supprimé. Il faut faire être intelligent. Eux ne l’ont pas été. Ils ne se sont pas donné les moyens de ce qu’ils voulaient faire, je n’en dirai pas plus parce que j’en ai assez dit. Leur irrésolution nous a bénéficié..

Quand il t’appartiendrait de tuer et que ça t’est interdit, comment le ressens-tu ? Je vais dans l’arène pour toréer, non pour tuer un taureau.

Mais tu es appelé matador... Oui, évidemment, parce que dans les touts débuts il ne se donnait que deux passes de muleta et l’on tuait. Les gens ne veulent pas voir comment se tue un taureau, ils veulent voir de l’art. Et la partie finale qui est de tuer le taureau, fait partie de cet art.

Te fatigues-tu des servitudes du métier de torero et de ce que tout le monde veut se faire photographier avec toi ? Je ne me fatigue pas, cela n’arrive pas tous les jours (rires). Il y a des toreros qui arrivent aux arènes et sont plus accessibles. Mon sérieux prête à confusion, ceux qui me disent antipathique se trompent. Pour bien connaître quelqu’un, il faut le pratiquer. Mais je sais que je vais me jouer la vie et ça occupe mon esprit et mon cœur. Je vais aux arènes et je n’ai pas envie de saluer, parce que j’ai peur. As-tu pensé à quitter le métier ? Je ne vais pas quitter ma vie. Tu ne quitterais pas ta passion… Non ? Pour aussi dangereuse qu’elle soit.

Quelles sont tes arènes favorites ? Je le garde pour moi.

Allons... Mon arène, je vais me mouiller, je dis Las Ventas (de Madrid). Il y en a tant, mais Las Ventas, c’est mon arène. Et Quito? C’est très spécial, par l’affection qu’on m’y donne et parce que nous sommes en Amérique Latine. J'aime la France parce que c'est ma terre et je ne vais pas la renier. Mais à l’égal que j’aime ma terre et ma famille, j'aime aussi mes amis et mes arènes. (RMD) Suivre le lien : Libertad con dignidad e integridad   Hora GMT: 06/Diciembre/2011 - 05:43

 

Commentaires

Ces propos de Castella livrés à la presse généraliste sont d'autant plus pathétiques qu'il n'est pas n'importe qui et que nous aurions tort de le tenir pour quantité négligeable. Il est très bien que l'UVTF lui demande des explications.

Je l'ai vu pour la première fois, lorsqu'il avait 11 ou 12 ans, lors d'une tienta chez Margé. Je me souviens qu'il m'avait impressionné par la planta torera qu'il possédait déjà. Il a grandi en deux temps, les jambes d'abord, ce qui lui donnait, lors de ses novilladas non piquées, l'allure d'un étrange échassier, le buste ensuite, pour récupérer à l'âge adulte une silhouette longiligne et harmonieuse couronnée par un visage de chérubin. Muni de ces atouts naturels mais parti de rien, le chérubin a conquis tout le reste grâce à une volonté farouche, un entêtement inébranlable. J'ai toujours crû en ses grandes possibilités, même quand le jeune échassier à la voix trop haut perchée déconcertait beaucoup d'aficionados français.

Sa progression a été régulière et relativement rapide. Comme, très jeune adolescent, il le prophétisait avec un superbe culot alors que tout le monde se moquait de lui, il a rapidement atteint cette situation dans les hauts de l'escalafón qui lui permet de "commander".

Aujourd'hui, quand je le vois dans les plazas françaises, il m'exaspère ! Il gâche, la plupart du temps, des faenas bien commencées en les prolongeant bêtement par son répétitif numéro d'"encimisme", tout près des cornes, devant des taureaux exténués, devenus complètement tardos. Par contre, j'ai eu la chance de le voir plusieurs fois à Madrid. Là, devant des animaux qui n'ont rien de commun avec ceux de Quito, il se sublime, devient dominateur, lidiador, trouve grâce auprès du terrible tendido 7.

Bref, j'avoue que j'aime le parcours, le courage, la ténacité de ce garçon aux origines modestes. Mais je reconnais qu'il vient de perdre une bonne occasion de se taire.

Il aura 29 ans le 31 janvier prochain, il s'est marié, il a une fille, il est riche, il est le héros de toutes les amériques taurines, il a mûri, mais pas suffisamment encore. Tout ce qu'il exprime au cours de l'interview, dans un langage à la fois fruste et percutant, n'est pas idiot, voir sa considération sur la mort indigne du toro dans les corrals. Pourtant, il est tombé dans un piège. S'il a été conseillé, comme c'est possible, il a été très mal conseillé. Il s'est fait le porte-parole, peut-être sans l'avoir voulu, de tous ses collègue qui ont toréé, comme lui, à Quito 2011. Leur argument se résume à : " Mieux vaut une corrida sans mise à mort que pas de corrida du tout ". Ce à quoi nous serons très nombreux à répondre : " Sans mise à mort il n'y a plus de corrida."

Cette mise à mort reviendra-t-elle à Quito, comme il veut bien l'espérer ? Non, pas tant que des Ponce et des Castella contribueront à y remplir la plaza. Le risque est plutôt que Quito serve d'exemple et fasse tache d'huile.

Trop de professionnels du mundillo favorisent aujourd’hui, en douce, cette évolution vers des corridas sin sangre (non sanglantes). C’est à nous, aficionados, de les combattre. D’abord en exigeant de véritables toros bravos, une bonne application du règlement, un renforcement de l’autorité des présidences, mais aussi en choisissant soigneusement nos spectacles taurins. Il en est qu’il vaut mieux éviter.

La corrida n’est pas réductible à l’un ou l’autre des beaux arts. Plus qu’art elle est culture complexe. Si elle est art, c’est, essentiellement, art de la stratégie, art de la guerre. Et cela suffit à alimenter notre passion. Bien sûr, une beauté plastique fulgurante, un vertige métaphysique sidérant, peuvent venir colorer subrepticement ce sublime combat avec la Mort. Mais ces fragments d’éternité ne sont donnés que très rarement et toujours par surcroît, quand tout a été conduit selon une éthique intangible, quand tout n’a contribué qu’à préparer la justification de l'ensemble, son couronnement final, la suerte suprême