6 février 2008

" Grenelle animalier " imminent !

Restons unis et actifs !

La tenue d'un "grenelle animalier" ardemment réclamé par les seules associations de protection animale était depuis quelques temps dans l'air. Tout le monde s'attendait à sa convocation pour mars, après les élections municipales. Mais voilà que les réunions initiales sont avancées au 15 février et que, selon le ministère de l'agriculture, " l’objectif est d’aboutir d’ici fin juin 2008 à un plan d’action de mesures concrètes recueillant le consensus des participants en s’inscrivant dans le cadre de nos engagements internationaux et communautaires."

Voici ce que nous avons observé :

Les lettres de la Présidence de la République aux anti-taurins

L'évolution des échanges épistolaires entre la Présidence de la République et les " animalitaires " avait déjà pris une tournure annonciatrice de ce qui arrive.. Serait-ce l'ambiance pré-municipale qui aurait conféré aux courriers du Président dédiés aux demandeurs de l'interdiction de la corrida aux enfants, des tonalités à la fois prudentes et un tantinet zigzagantes ?

Dans une lettre du 8 janvier dernier, le Président de la république répond aux anti-taurins demandeurs de l'interdictions de la corrida aux enfants, par l'intermédiaire de son " Conseiller pour le développement durable ", Cédric Goubet. Lettre très équilibrée dans laquelle il est reconnu que " La corrida est une tradition à laquelle sont attachés nos compatriotes dans certains territoires français. " Et que " … opposer une partie de la communauté nationale à l'autre serait la pire des politiques. " Voir ici le texte complet de cette lettre.

Le 17 janvier, 9 jours après, nouveau courrier, adressé par le même canal aux mêmes anti-taurins. Voir ici copie de l'exemplaire adressé à la section parisienne de la SPA.

Bien sûr, cette lettre s'entoure de circonvolutions et de précautions comme :

La considération que le la tradition taurine " est fortement ancrée dans certaine de nos territoires ". La proposition d'interdire la corrida aux mineurs " pourrait être étudiée en France ce qui ne constitue pas un engagement à présenter un texte. " ... " Il ne saurait être question que la tauromachie soit tranchée sans consensus ".

Mais ce qui retient le plus notre attention est l'annonce que : " …Le Président de la Républiques a demandé au Ministre de l'agriculture et de la pêche de constituer un groupe de concertation sur les questions du bien-être et de la protection animale. … travaux qui seront rapidement engagés. "

" Animal et société "

Nous savions bien que cette " concertation " sur la protection animale qui n'avait pas eu lieu au cours du " Grenelle de l'environnement " comme certains l'espéraient était néanmoins annoncée comme devant se dérouler ultérieurement dans un cadre différent. A cet égard, nous souhaitions ardemment que " L'observatoire des cultures taurines " voit le jour le plus rapidement possible et devienne un interlocuteur incontournable. Nous apprenons que le Ministre de l'agriculture hérite du bébé si bien que, par suite de l'adresse de son Ministère, 18 rue de Varenne, beaucoup annoncent cette prochaine concertation comme le " Varenne de la condition animale ". Voir ici le communiqué de presse du Ministre de l'agriculture du 4 févier sur ce qui est maintenant dénommé officiellement :" Animal et société ".

Complot d'arrière-cuisine en forme de veillée d'armes

Tout ceci devient insupportable quand nous découvrons un complot complaisamment filmé et diffusé sous la responsabilité de la seule association parisienne de la Société Protectrice des Animaux. Cette vidéo est accessible ici. Il faut y consacrer dix minutes et ne pas perdre une miette des propos échangés.

Cette réunion qui a eu lieu le 25 janvier dura, paraît-il, une heure, mais les dix minutes qui en ont été filmées sont instructives.

Que constatons-nous ?

Que Madame Nathalie Kosciusko Morizet (ci après dénommée NKM) a déjà préparé, de façon très personnelle et très partisane, la prochaine concertation qui vient d'être annoncée par le Ministère de l'Agriculture.

Qui se trouvait près d'elle ?

Patrick Vauterin son conseiller, Gilles Kleitz l'un des conseillers du ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables.

Qui se trouvait en face d'elle ?

Essentiellement Caroline Lanty, présidente de l'association parisienne de la SPA, accessoirement Arnold Lhomme, président de la fondation Assistance aux Animaux, et l'acteur Yves Reigner !, militant de l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques.

Quel fut le sujet principal de cette réunion ?

Définir des procédures afin que des objectifs aussi bien souhaités par Mme le Secrétaire d'état que par sa principale interlocutrice soient atteints. Ce document vidéo a, d'autre part, révélé en avant-première les acteurs et les thèmes du prochain " Animal et société " qui, si nous croyons ce qui a été dit, devrait commencer dès le 15 février !

Les futurs acteurs du " Varenne animalier " se répartiront dans cinq collèges :

Un collège d'élus locaux et de parlementaires chargé des suivis législatifs éventuels. Un collège de professionnels et d'associations concernés (aucune indication sur la composition de ce collège). Un collège regroupant des Organismes Non Gouvernementaux (O.N.G.) (probablement des associations de protection animale). Un collège regroupant des scientifiques et des membres de l'enseignement supérieur car le " bien-être animal " deviendrait matière à enseigner ! Un collège administratif représentant les ministères concernés : agriculture, recherche, environnement, intérieur, éducation nationale, justice.

Cinq thèmes seront abordés :

Le statut juridique de l'animal (déjà prédéfini par NKM comme " être sensible ") Le statut de l'animal en ville : commercialisation des animaux domestiques, fourrières, système de régulation des pigeons. L'abattage des animaux de rente. La corrida. Le cirque.

Une attitude autoritaire

Le plus désagréable aspect de cette réunion est la manière dont NKM a conseillé et encouragé le chef de guerre, Caroline Lanty. Alors que celle-ci lui faisait, par exemple, remarquer qu'un consensus serait difficile à trouver avec les taurins vu la charge passionnelle induite, elle n'a pas hésité à lui répondre : " S'il n'y a pas de consensus, nous trancherons ! " Et ce, en parfaite contradiction avec la prudence des lettres de la Présidence de la République reproduites plus haut.

Qu'avons nous à redouter et à combattre ?

1) Le statut juridique de l'animal

Nous avons à redouter avant tout, une modification du statut juridique de l'animal qui suivrait les préconisations du rapport Antoine ! C'est l'une des craintes majeures de tous les utilisateurs et gestionnaires d'animaux domestiques et sauvages et, donc, des taurins. A cet égard le comité Noé qui réunit tous les intéressés dont nous-même, FSTF, est en train d'initier une contre-offensive à laquelle nous participons activement. Voir.

2) Le thème corrida

Il ne va pas manquer de porter sur l'interdiction de la corrida aux enfants !

Il est impossible de savoir aujourd'hui, à une semaine de l'ouverture des débats, qui y participera. Attendons-nous à ce que celui des O.N.G. réunisse une flopée d'associations " animalitaires ".

Nous avons, bien sûr, demandé que la F.S.T.F. soit représentée dans le collège regroupant professionnels et associations, mais serons-nous entendus ?

Nous mesurons ici l'importance et l'urgence d'un " Observatoire des cultures taurines ". Il faut qu'il soit en état de marche le plus tôt possible. Nous alertons ses différentes entités. Nous vous transmettrons les prochaines nouvelles au fur et à mesure qu'elles nous parviendront.

Restons unis et actifs !

Nous, peuple taurin, en avons vu d'autres, nous sommes indestructibles !

La culure taurine

Notre passion

Notre identité

Notre liberté